Décès de Michel Rocard

michel-rocard-6_294014Notre association est particulièrement affectée par le décès de Michel Rocard, membre de notre Comité de parrainage. Paul Quilès fut ministre des Postes et Télécommunications dans son gouvernement. Bernard Norlain fut le chef de son cabinet militaire.

Voici leurs témoignages.

 

 

C’était un homme convaincu, passionné, avec un goût prononcé pour le débat.

J’avais de l’estime pour lui, même si j’ai combattu sa ligne politique, lorsqu’il a souhaité porter les couleurs de la gauche à l’élection présidentielle de 1981.

Son affrontement avec François Mitterrand, au delà des aspects personnels, tenait principalement à une différence de vision stratégique, notamment à l’égard de l’union de la gauche..

Cela n’a pas empêché qu’il soit pendant 3 ans son Premier Ministre (1988-1991). J’ai alors fait partie de son gouvernenent en tant que ministre de la Poste, des Télécommunications et de l’Espace et je lui sais gré d’avoir soutenu ma démarche de concertation, qui a permis la grande « réforme des PTT », qui a pu être votée sans passage en force, malgré une absence de majorité parlementaire.

J’ai aussi apprécié qu’il accepte récemment de participer au Comité de parrainage d’IDN, que je préside et dont l’objet est de convaincre les Français, particulièrement les parlementaires et le gouvernement, du danger et de l’inutilité de l’armement nucléaire.

Paul Quilès

***

Très intéressé par les questions de stratégie et situant toujours sa pensée dans une dimension internationale, Michel Rocard a été un des tout premiers hommes politiques français et sans doute le premier haut responsable de la République française a avoir pris fermement position pour un désarmement nucléaire  général et contrôlé. Cet engagement s’est traduit pendant plusieurs années par des discussions à haut niveau dans les enceintes internationales. Il s’est concrétisé par une tribune diffusée dans Le Monde en octobre 2009, où il demandait que la France prenne acte de l’obsolescence stratégique des armes nucléaires et du risque mortel qu’elles faisaient peser sur l’humanité et qu’en conséquence elle s’engage clairement dans la voie du désarmement nucléaire.

Dés la création de notre première association «  Arrêtez la Bombe » (ALB)  il avait tenu à lui apporter son soutien et à participer à toutes ses conférences. Ce soutien il l’avait maintenu et amplifié en devenant membre du comité de parrainage d’ « Initiatives pour le Désarmement Nucléaire » (IDN). C’est avec beaucoup de tristesse que nous voyons disparaître un des premiers piliers français du combat pour le désarmement nucléaire. 

Bernard Norlain

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.