Lettre au Président de la République

Entretien Elysée passation pouvoir

   Lettre de Paul Quilès, ancien Ministre de la défense, Président d’IDN,

au nouveau Président de la République,  Emmanuel Macron.

 

Monsieur le Président de la République

Ce dimanche, lors de votre arrivée à l’Elysée, vous participerez à un entretien privé avec votre prédécesseur, pour le  rituel de la « passation des codes nucléaires ». C’est un moment grave, puisqu’il sacralise le nouveau Président de la République en le faisant le détenteur suprême et unique du pouvoir de déclenchement de l’apocalypse nucléaire. Vos lointains prédécesseurs ont évoqué à ce sujet la « responsabilité énorme qui pèse sur un seul homme » et sa « solitude effroyable ».

Lors de cet entretien, vous serez assisté du Chef d’Etat- Major Particulier (CEMP) et, plus tard, vous recevrez les conseils et les avis de nombreux experts, civils et militaires. Ils vous recommanderont très probablement de poursuivre la politique menée jusqu’ici.

Pour vous qui voulez rompre avec « l’ancien monde » et qui souhaitez incarner un visage nouveau de la France, ce peut être l’occasion d’abandonner les concepts éculés d’un monde ancien -celui de la Guerre froide-  qui continuent à alimenter la doctrine officielle.

L’enjeu est de taille, puisque, selon l’ancien Secrétaire à la Défense américain William Perry, jamais l’éventualité d’une conflagration nucléaire n’a été aussi élevée qu’actuellement. Tout concourt à abaisser le seuil d’emploi des armes nucléaires, sans parler de la menace invisible de cyber attaques et du danger d’explosion nucléaire terroriste ou accidentelle.

Il n’est pas raisonnable de continuer à s’arc-bouter sur le maintien d’une arme que nombre d’experts militaires et stratégiques s’accordent à reconnaître comme obsolète et inadaptée, rappelant furieusement la triste « ligne Maginot ». En outre, on sait aujourd’hui avec certitude qu’un emploi même limité d’armes nucléaires dans le monde aurait des conséquences catastrophiques pour l’humanité toute entière. Comment concilier cette perspective avec l’attachement de la France au respect du droit humanitaire et à la préservation des civils dans les conflits ? Comment croire encore que la sécurité de notre pays repose sur la capacité d’anéantissement de millions de civils innocents ?

Une opportunité historique s’offre à notre pays aujourd’hui de montrer la voie vers un désarmement négocié, vérifiable et universel, en se joignant aux 132 Etats qui négocient actuellement à l’ONU un traité d’interdiction des armes nucléaires.

Grâce à vous, ce serait un nouveau point de départ, qui non seulement renforcerait les obligations du Traité de Non- Prolifération (TNP) mais pourrait également entraîner les pays nucléaires encore absents de cette négociation. La France aurait ainsi saisi l’occasion de prendre la tête du mouvement vers l’objectif d’un monde libéré des armes nucléaires.

Veuillez agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de mes sentiments respectueux.

Paul Quilès

 

PS : Je soumets à votre réflexion ces 2 phrases de Ronald Reagan, Président des États-Unis, dans une interview à Time en 1985.  « Vous apprenez que des missiles soviétiques ont été lancés, vous savez que, désormais, plus rien ne peut les arrêter et qu’ils vont détruire une partie de votre pays, beaucoup plus grande que ce que vous pouvez imaginer. Et vous êtes assis là, sachant que tout ce que vous pouvez faire est d’appuyer sur le bouton pour que des Soviétiques meurent aussi, alors que nous serons déjà tous morts ».

3 pensées sur “Lettre au Président de la République

  • 15 mai 2017 à 23 h 10 min
    Permalink

    Un point essentiel, si je puis me permettre, semble manquer dans votre lettre : c’est qu’une ou deux ogives nucléaires peuvent éventuellement être lancées avant que tout n’explose. Alors pourquoi en fabriquer et en garder une grande quantité ? Déjà nous pourrions commencer par en réduire le nombre, ce serait un premier pas.
    Et vu le nombre de fous furieux qui gouvernent certains pays ou certains Etats, il vaudrait mieux neutraliser totalement les armes nucléaires en les supprimant.
    Je suis terriblement navrée d’entendre les prises de position de l’ambassadrice de France à l’ONU.

    Répondre
    • 8 juin 2017 à 9 h 32 min
      Permalink

      Monsieur,
      Merci de votre commentaire. Nous sommes d’accord avec vous, il est nécessaire de neutraliser les armes nucléaires au vu des conséquences humanitaires catastrophiques qu’elles pourraient causer en cas de détonation. Concernant la question du nombre, pour ce qui est de la France selon la doctrine de la stricte suffisance il faut un arsenal de 300 armes ; un chiffre qui jusqu’à ce jour n’a jamais été clairement expliqué. Est-ce pour des raisons véritablement techniques ou purement industrielles (permettant de produire un grand nombre de missiles M51 pour les sous-marins et ASMP-A pour les Rafales…) ? Nous comptons bien obtenir plus de réponses avec la nouvelle législature.
      Bien cordialement
      Jean-Marie Collin, vice-président de Initiatives pour le Désarmement Nucléaire

      Répondre
  • 18 mai 2017 à 21 h 52 min
    Permalink

    Le rôle de Nicolas Hulot sera essentiel.
    Si sur ce sujet essentiel pour l’avenir de l’humanité, il ne parvient pas à entrainer notre pays dans la bonne direction: le désarmement nucléaire, il nous décevra profondément.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.