Donald Trump joue avec le feu

Article de Joan Rohlfing, Présidente et Directrice des opérations de la Nuclear Threat Initiative à propos du discours de Donald Trump aux Nations Unies.

Le discours aux Nations Unies qu’a prononcé le Président Trump aujourd’hui relevait de l’inconscience, nous amenant inexorablement plus près d’une catastrophe nucléaire que nous ne l’avons été durant la crise des missiles cubains de 1962. La prévention de tout usage des armes nucléaire est un objectif de long-terme, consensuel et central pour la politique de sécurité américaine. Le discours de Trump a mis en péril cet objectif.

Sa menace de « détruire totalement la Corée du Nord » – en face des représentants de virtuellement tous les pays du monde – se méprend complètement sur ce qui est susceptible d’amener Kim Jong Un vers une posture nucléaire plus sure et moins menaçante. La plupart des experts de la Corée du Nord estiment que l’ambition de Kim Jong Un d’acquérir des armes nucléaires de longue portée est poussée par le désir de préserver son régime. Dans ce cas, pourquoi Trump s’attend-il à ce que sa menace de détruire la Corée du Nord force Kim Jong Un à abandonner sa seule carte pour nous dissuader, à savoir les armes nucléaires ?

L’option militaire n’est pas une solution. Même dans le cas d’un conflit armé sur la péninsule coréenne se limitant à des armes conventionnelles, Kim Jong Un pourrait causer des millions de victimes en Corée du Sud, sans mentionner les centaines de milliers d’Américains qui y vivent actuellement. Seule la diplomatie est en mesure de fournir l’ensemble des mesures vérifiables dont nous avons besoin pour protéger les Etats-Unis et nos alliés des missiles nord-coréens, et en même temps de fournir à Kim Jong Un la garantie qu’il recherche. Seule la diplomatie peut rassembler la coalition internationale nécessaire pour créer et mettre en œuvre un système de contraintes vérifiables autour du programme nucléaire nord-coréen. Les Etats-Unis ont besoin de la coopération et du soutien minimal des Chinois, des Russes, des Sud-Coréens et des Japonais. Un usage de la force précédant toute tentative diplomatique mettrait sérieusement en danger notre capacité à travailler de concert avec les autres nations sur ce sujet. Nous ne pouvons pas faire exploser notre chemin vers le consensus.

L’exercice de haute-voltige de Donald Trump aux Nations Unies a également sapé de manière insidieuse un tabou de 72 ans sur l’usage des armes nucléaires. C’est peut-être l’aspect le plus révoltant de ce discours. En tant que société et en tant que nation, nous avons oublié le terrifiant pouvoir des armes nucléaires et les conséquences démesurées pour notre sécurité physique, psychologique, économique et environnementale. Nous avons perdu de vue la destruction de masse que représente une explosion nucléaire. Hawaï a rétabli ses manœuvres de défense civile. Peut-être faudra-t-il que Los Angeles, New York et Washington fassent de même pour nous rappeler de manière plus viscérale ce qui est en jeu.

Le Ministre de la Défense James Mattis a dit à juste titre que « nous ne sommes jamais à court de solutions diplomatiques ». Il serait temps à présent de se remettre au travail.

Par Joan Rohlfing

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.