Ne pas faire de l’Europe un futur champ de bataille nucléaire

Paul Quilès, ancien ministre et Président d’IDN (Initiatives pour le désarmement Nucléaire ) et Bernard Norlain, Général d’armée aérienne (2 S) et Vice-Président d’IDN répondent à ceux qui pensent que l’Allemagne devrait se doter de ses propres armements nucléaires pour nucléariser encore plus l’Europe.

Article paru dans La Croix du 13.09.2018

Lire l’article

Dès le début de son mandat, le Président de la République a affirmé sa volonté de mettre en œuvre une politique de rupture avec les archaïsmes et les blocages dans lesquels la France se serait enfermée. S’agissant de notre politique extérieure, il a mis l’accent sur deux grands thèmes : le multilatéralisme et l’Europe.

L’éloge du multilatéralisme et la nécessité d’être à l’écoute de tous les pays ont été au cœur du discours prononcé par Emmanuel Macron à l’ONU il y a quelques mois. Il est regrettable qu’en même temps, le Ministère des affaires étrangères ait cru bon de publier un communiqué fustigeant avec mépris le vote de cent vingt-deux pays en faveur de l’entrée en vigueur d’un Traité d’interdiction des armes nucléaires. Dans cette circonstance, la France, puissance nucléaire, s’honorerait de prendre l’initiative d’un soutien de ces pays pour la promotion d’un monde délivré de la menace des armes nucléaires, comme elle s’y est engagée en ratifiant le Traité de non-prolifération.

Le chef de l’État souhaite par ailleurs être l’artisan et le promoteur d’une vraie politique de défense européenne.

Dans cette perspective, certains, outre-Rhin, arguant de l’éloignement de l’Amérique du Président Trump du théâtre européen et des pressions militaires de la Russie du Président Poutine aux frontières de l’Europe, pensent que l’Allemagne devrait se doter de ses propres armements nucléaires. En France, les fervents défenseurs de notre dissuasion nucléaire voient dans cette situation une occasion de l’étendre à l’ensemble de l’Europe.

Une telle nucléarisation de l’Europe serait catastrophique et dangereuse pour notre sécurité. Elle ferait de l’Europe un champ de bataille nucléaire potentiel, ce que l’ensemble des peuples européens refuse. Elle serait en totale contradiction avec les engagements de la France, en particulier dans le Traité de Non-Prolifération et en opposition avec le choix présidentiel en faveur du multilatéralisme.

De plus, le dernier sommet de l’Otan suggère dans son communiqué final une possible inclusion des forces nucléaires françaises dans la politique nucléaire de l’Alliance. Celle-ci repose notamment sur les armes nucléaires tactiques américaines stationnées en Europe. Ces armes sont avant tout une menace pour les pays européens, champ de bataille d’un possible conflit nucléaire tel qu’il découle de la stratégie de l’Otan. La dernière rencontre entre les chefs d’État des deux plus grandes puissances nucléaires n’a pas dissipé le risque que fait peser la nouvelle course aux armements nucléaires, dans laquelle la France s’est aussi engagée. Nous devons sortir de cette spirale mortifère, d’autant plus que, dans le contexte géostratégique actuel et avec l’accroissement des risques liés en particulier au développement des cyber-menaces, les armes nucléaires ne répondent plus aux défis de sécurité qui sont les nôtres. En revanche, elles deviennent de plus en plus menaçantes. Faire de la bombe atomique notre garantie absolue de sécurité est une illusion.

Alors que le populisme se renforce dans les pays européens, le débat sur l’éventualité d’un « nucléaire militaire allemand » risque de renforcer le sentiment des citoyens d’être les objets d’une administration européenne technocratique et désincarnée, qui décide sans consultation de leur vie et surtout de leur mort.

Il ne peut y avoir de véritable Europe de la défense sans l’adhésion et la participation des citoyens européens.

L’arme nucléaire, parce qu’elle entretient l’illusion d’une sécurité absolue, déresponsabilise les citoyens, qui abandonnent alors leur capacité de résistance à des automatismes et perdent ainsi leur esprit de défense.

Pour toutes ces raisons il ne faut pas céder à la facilité et aux sirènes du complexe militaro-industriel. Une Europe de la défense n’est pas l’affaire de quelques experts auto-proclamés, elle est l’affaire de tous. Elle ne peut se bâtir qu’avec le concours des populations concernées et une vision claire et rénovée des vrais enjeux de sécurité que l’Europe doit affronter.

Des mesures simples pour s’éloigner du risque de guerre nucléaire

Dans cette perspective, notre organisation- Initiatives pour le Désarmement Nucléaire-, qui ne prône pas un désarmement nucléaire unilatéral, irréaliste dans l’état actuel du monde, propose la mise en œuvre de cinq mesures simples, qui auraient pour effet, à court terme, de réduire le danger de guerre nucléaire, à moyen terme, d’empêcher la prolifération des armes nucléaires et, à et long terme, de les éliminer dans le cadre d’un processus multilatéral, progressif et contrôlé :

– Procéder à de nouvelles réductions des stocks d’armes nucléaires.

– Abaisser le niveau d’alerte des forces nucléaires.

– Engager un processus de médiation entre États-Unis et Russie pour obtenir le retrait des armes nucléaires tactiques américaines déployées en Europe, en échange du retrait total des armes nucléaires tactiques de la Russie de son territoire européen.

– Réaffirmer solennellement l’engagement d’« accomplir davantage de progrès pour réduire le rôle attribué aux armes nucléaires dans les politiques de sécurité ».

– Adopter une attitude constructive à l’égard du Traité d’interdiction des armes nucléaires (TIAN)

La France peut représenter un espoir nouveau dans un monde qui s’enfonce dans le chaos et le désordre. Elle contribuerait certainement à un renforcement de la stabilité et de la sécurité internationale en agissant pour réduire les risques d’un conflit nucléaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.