Initiatives pour le Désarmement Nucléaire (IDN)

OTAN : la fin d’un tabou

En déclarant que l’OTAN était en « état de mort cérébrale », le Président de la République a osé briser un tabou, celui de la légitimité existentielle d’une organisation qui, depuis la fin de la Guerre froide mais surtout depuis ces dernières années, a perdu sa raison d’être. Le désengagement américain et les camouflets du Président américain notamment à la solidarité transatlantique ainsi que les dissensions internes et l’ambiguïté de l’attitude de la Turquie, ont fini de saper les fondations de cet édifice déjà fortement fragilisé.

Le Président français a ainsi simplement constaté publiquement et avec courage et lucidité un état de fait qu’on ne peut plus ignorer.

Depuis plusieurs années, notre organisation, Initiatives pour le Désarmement Nucléaire -IDN, s’exprime sur ce sujet, pour dire que l’OTAN a vécu, dans sa formation actuelle et qu’elle ne répond plus aux besoins de sécurité des Européens, particulièrement dans la perspective de la construction d’une défense européenne. Alors que les Etats-Unis s’éloignent de l’Europe, il devient illusoire et dangereux de continuer à déléguer sa politique de sécurité aux Américains. Le général De Gaulle disait déjà : « Qu’est-ce que l’OTAN ? Ce n’est pas la défense de l’Europe par l’Europe. C’est la défense de l’Europe par les Américains »

IDN a ainsi multiplié les articles, communiqués et études*, notamment de Paul Quilès « Les ambiguïtés de l’OTAN » en mai 2017, de Marc Finaud « l’OTAN a-t-elle encore un sens ?» en décembre 2018, du général d’armée aérienne (2S) Bernard Norlain « L’OTAN : un vaisseau fantôme ?» en avril 2019. Notre ambition était non seulement de montrer que l’OTAN n’a plus de légitimité pour garantir la sécurité de l’Europe, mais de faire des propositions constructives en particulier « d’européaniser l’OTAN » ce qui permettrait aux Européens, tout en conservant la structure de l’organisation, d’en assurer le commandement en fonction de leurs propres intérêts.

            En faisant le constat réaliste et audacieux de l’état de mort cérébrale de l’OTAN, le Président français permet à la France d’apparaître sur la scène internationale comme un pays capable de prendre des initiatives et de ne pas hésiter à s’attaquer à des tabous qui ne sont que les vestiges d’une époque révolue.

Mais dans cette dynamique créatrice, la France doit aussi dénoncer les autres verrous qui bloquent notre réponse aux défis actuels de sécurité, en particulier le tabou de la dissuasion nucléaire.

Dans un monde en pleine évolution, d’une complexité croissante, nous ne pouvons plus faire de la dissuasion nucléaire la clef de voûte de notre sécurité. Nous ne pouvons plus nous reposer derrière une « ligne Maginot » bâtie pour répondre à un contexte stratégique vieux de plus de soixante ans.

La France vient de commencer à bousculer les idoles d’antan, il lui faut poursuivre sur cet élan. C’est en prenant des initiatives en rupture avec la pensée d’hier que la France restera fidèle à sa vocation universelle.

* Voir ces textes sur le site d’IDN : http://www.idn-france.org/?s=OTAN   

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu