Hubert Védrine : « La bataille nucléaire est une monstruosité à tout point de vue »

Hubert Védrine, en tant qu’ancien ministre des Affaires étrangères du gouvernement Jospin, avait remis en 2012 au Président de la République François Hollande un rapport sur le retour de la France dans le commandement intégré de l’OTAN. Il y déclarait notamment que « [la France] ne peut qu’encourager les Etats-Unis et la Russie à réduire la quantité de leurs têtes nucléaires et n’a aucune raison de s’opposer à l’élimination des dernières armes nucléaires ‘tactiques’ ou ‘non stratégiques’ de l’OTAN » (pp. 18-19).

A l’occasion d’un débat organisé par la Fondation Jean-Jaurès à propos de son dernier livre, il a réaffirmé être « idéalement pour un désarmement nucléaire [et] pour que les Etats-Unis et la Russie, qui ont encore beaucoup trop d’armes nucléaires, se rapprochent du niveau de dissuasion minimum de la théorie française. […] On peut tout à fait supprimer l’armement nucléaire tactique en Europe, qui relève d’une conception de la bataille nucléaire qui est une monstruosité à tout point de vue. Par ailleurs, on pourrait réactiver le traité anti-missiles, qui a été dénoncé unilatéralement par les Américains. Cela pourrait faire partie d’une reprise de négociations avec la Russie » (voir ici).

Cette prise de position assumée par une personnalité reconnue au plan international pour ses analyses géostratégiques – par ailleurs favorable à la dissuasion nucléaire – vient conforter l’appel lancé par plusieurs dizaines d’autres personnalités internationales – dont des membres d’IDN – en faveur du retrait des armes nucléaires tactiques russes et américaines du sol européen.

Elle est d’autant plus bienvenue que les tensions autour du nucléaire militaire s’accroissent en Europe entre l’OTAN et la Russie. Le sommet de l’OTAN vient d’ailleurs de s’achever sur une déclaration commune des alliés occidentaux qui conforte la présence des armes tactiques américaines sur le sol européen et affirme désormais que la force de dissuasion nucléaire française contribue « de manière significative » à la sécurité de l’Alliance. IDN dénonce fermement cette orientation prise par l’Organisation, qui contribue ainsi à l’insécurité des Européens.

Article d’Emilien Houard-Vial, membre du Bureau d’IDN.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.